Lectures

Lire en Campagne

Lectures du bout du monde

Pris de cours

Le journal d’Henriette Bloch

La littérature a changé ma vie alors parfois je suis triste à l’idée que certains passent à côté.

Quand on a créé notre première soirée lecture, c’était cela la motivation première : partager des extraits de romans que l’on adore, les mettre en valeur, dans un bel écrin, les rendre faciles à croquer afin que les auditeurs mordent à pleines dents et repartent avec l’envie de manger tout le reste chez eux. Ca s’appelle « Lire en Campagne ». Cette soirée nous a déjà promenés dans pleins de bibliothèques, au gré de nos collaborations avec les Bibliothèques Départementales (Doubs, Saône et Loire, Nièvre, Meuse, Vosges)

Puis, on s’est rendu compte que l’on mettait en avant beaucoup d’auteurs français ou américains. Donc on a réagit, on a voyagé, fouillé, ingurgité, on s’est remplis de latino, nippo, indo, africano, maghrebo, europo, etcetero et on a créé les « Lectures du bout du monde ». D’où découlent d’ailleurs les « Transports étrangers« , autre voyage littéraire et rocambolesque à travers l’Europe.

Et au cours de ces soirées, on a rencontré pas mal de profs de français qui nous ont parlé de la difficulté de transmettre ce goût des mots à ces chères petites têtes-blondes-ou-brunes-mais-blasées.
Alors on a créé
« Lecture en collège » qui se joue à la place d’une heure de cours de français sans que les élèves ne soient prévenus… Et comme ça marche et que l’on a envie de le jouer encore et encore et que l’on ne supportait plus ce titre très moche, on a changé et il s’appelle maintenant: « Pris de cours »

Depuis le début, ce que l’on cherche avant tout c’est de donner l’envie : l’envie de lire pour soi et l’envie de lire pour les autres, c’est aussi de créer des moments ou des gens se retrouvent et se rencontrent grâce à la littérature, et si possible, aussi des gens à qui la littérature pouvait faire peur.

C’est pour cela également que l’on a créé, en parallèle, des ateliers lectures et que l’on répond parfois à des commandes que l’on nous fait.

Ce fut le cas pour le journal d’Henriette Bloch

C’est grâce à cela aussi que l’on pourrait écrire un guide des routes départementales parcourues le long de nos moults pérégrinations.

Et puis on a peu de photos mais ça peut vous donner une idée des têtes qu’on a..

 

Contact: Max Bouvard: max.bouvard@free.fr   /   06 61 10 44 52