Chalon, nous voilà

De retour du Nord, la même courroie d’alternateur qui nous avait déjà fait faux bon à l’aller et que nous venions juste de faire changer nous lâche. 3 arrêts sur autoroute, on pousse, on cherche des camionneurs avec des pinces on repart etc… C’est bientôt Chalon dans la rue, on y sera, faut il y voir un signe ? On lance la com un peu tard, on est partagé entre l’envie de jouer et la rage provoquée par le gouvernement et le MEDEF. On sait bien que le choix de société fait par nos élites est fait depuis longtemps mais on se surprend à espérer qu’on pourra les faire plier, qu’on pourra oeuvrer à un ordre social plus juste. Ils ont dix coups d’avance sur nous mais nous sommes des millions, artisans, chômeurs, précaires, fonctionnaires, paysans, commerçants… Le jour où on arrivera à se mettre ensemble…

A5 Flyer Chalon

France Suisse

Ici St Claude,
La Cie Gravitation en grève à la maison du Peuple,
Pendant que nous faisions grève, l’équipe de France de Jean Jaurès perd 4 à 5 contre la Suisse suite au remplacement surprise de F. Hollande par Pierre Gattaz au poste d’entraineur. La France régresse…encore!
Les commentaires en léger différé:

La grève

ICI SAINT-CLAUDE,
NON LES CAROTTES NE SONT PAS CUITES
Nous, salariés intermittents de la compagnie Gravitation, actuellement en résidence de création à la Fraternelle de Saint-Claude, avons décidé à l’unanimité de nous mettre en grève ce vendredi 20 juin, date à laquelle nous devions représenter une étape de notre nouvelle création « Label Vie ». Nous avons bien conscience que cette décision n’aura pas la portée médiatique que pourrait avoir entre autres l’annulation du festival d’Avignon mais par cette action, nous nous inscrivons dans un mouvement plus large qui défend des valeurs de coopération, d’émancipation et de solidarité, qui furent autrefois celle du socialisme.
Cette décision a été d’autant plus difficile à prendre que nous sommes, ici à la Maison du Peuple, dans un lieu de culture fort d’une histoire qui défendait une économie basée sur la solidarité, que notre nouvelle création questionne les pratiques libérales mises en œuvre aujourd’hui et tente de lui opposer une alternative fondée sur le bien-être collectif.
Les valeurs propres au socialisme ne sont absolument pas portées par le gouvernement en place. C’est pourquoi nous espérons que la dissidence grandissante au sein du PS pourra faire basculer les choix d’un gouvernement qui s’enferre dans une politique intolérable, ne servant que la finance, « notre ennemi », au détriment du plus grand nombre.
Dans un contexte où les choix de société faits par nos dirigeants affaiblissent les plus précaires, où la recherche du bien commun cède la place aux intérêts particuliers de quelques-uns, notre combat ne se limite pas à la défense de notre régime spécifique, il est politique et culturel.
Pour finir, nous citerons nos amis interluttants du Nord : « Nous n’acceptons pas de nous soumettre au pouvoir économique et financier (…) à l’endoctrinement des cerveaux qui pousse au chacun pour soi et qui élabore des stratégies de diversion »
NOUS N’ACCEPTONS PAS CETTE ABSCENCE D’IMAGINATION AU POUVOIR.

grève

La rue et nous

Souvent dans les festivals, lorsqu’on rencontre d’autres compagnies, il est de bon ton d’expliquer où on vient de jouer et où on jouera par la suite. Il y a là un petit côté « on se la montre » qui nous permet de vérifier si on est bien dans l’air du temps ou non.

Je répond systématiquement que de toute façon on tourne trop et qu’on aimerait passer plus de temps à la maison. Ca a le mérite de mettre fin à la discussion et d’en imposer sérieusement tout en entretenant le mystère.

Une utopie effective

Parfois, au détour d’une représentation de Mr Kropps, l’utopie en marche ou de Now-Futur //2, on nous fait le reproche d’accentuer les travers de la communauté que nous mettons en jeu. Nous cherchons  à montrer des groupes d’individus qui cherchent à réinventer le collectif au travers d’une succession de crises. Pour nous, il n’y a pas de dramaturgie, pas d’histoire sans crise. Les habitués d’AG en tout genre, les syndicalistes, les militants… se reconnaissent bien dans nos spectacles. Ils l’ont vécu!

Lorsqu’on invente, lorsqu’on veut mettre en place une utopie effective, on se confronte, on se plante souvent, on tente de trouver le plus grand dénominateur commun ou à défaut le plus petit qu’on cherche à élargir. Ca ne veut pas dire que les utopies que nous donnons à voir ne marchent pas. Elles progressent, ne sont pas figés, s’adaptent sans arrêt. Nous ne partons pas d’un dogme érigé en règle.

Pour notre nouvelle création, Label vie, la suite de Mr Kropps, nous espérons réinventer la notion même de travail, réinventer un autre type de société basé sur la satisfaction et le bonheur de l’ensemble des individus qui la compose, une démocratie effective qui prendrait en compte ses minorités, nous voulons que les outils de production s’adaptent à l’individu et pas le contraire…

Et bien, montrer une utopie (c’est à dire un monde qui n’existe pas) sans dérive sectaire et qui fonctionne, c’est stimulant mais  pas facile, on en bave, on en bave.

En même temps, je pense que sans trop d’efforts on pourrait inventer un monde bien plus harmonieux et plus juste que le monde libéral que nous subissons.

Prochaine résidence de création à la Fraternelle de Saint Claude, lieu hautement symbolique, du 16 au 21 juin. Et on verra bien…

Repas Fourieriste

Souvenez vous du 10 mai 1981 !
Certains pensaient que le monde allait changer.

A l’occasion de cette insignifiante coïncidence, la Francomtoise De Rue jouera pour la première fois dans le Doubs, son spectacle fouriériste à tendance autogestionnaire.
Déservillers le 10 mai 2014 à 19 h
Réservation obligatoire au 03.81.86.64.95

Résidence à la ferme de Flagey (Doubs)

Le temps de sauter dans un slip et un pantalon propre et nous voilà en résidence à la ferme de Flagey. Résidence in situ (c’est un terme à la mode) autour de notre nouvelle création, Label vie, la suite de Mr Kropps. Nous espérons faire de belles rencontres. Micros trottoirs, interviews, formation de barons (faux spectateurs) seront au rendez-vous. Si vous voulez participer à la prochaine soirée, n’hésitez pas à nous contacter, on n’est pas si méchant… ou si vous êtes dans le coin ce vendredi 18 avril et si vous avez envie de voir à quoi ressemble la vie d’une coopérative en période de crise, alors bienvenu.

DSC_3801

Retour de Lille : une spectatrice pète les plombs

Nous voilà de retour de Lille où nous avons joué Now Futur //2. Petite salle pleine, accueil digne des gens du nord. Enfin bref que du bon… si ce n’est un petit évènement qui nous a quelque peu laissé perplexe lors de la représentation. En effet, une spectatrice, militante pour le droit des femmes (nous l’avons appris par la suite) a semble t-il tout pris au premier degré et un peu de travers. Là où le spectacle traite de la difficulté d’un collectif à se mettre ensemble, là où il traite de façon plus ou moins direct de l’amour libre et du papillonnage cher à Fourrier, elle y a vu du sexisme et une forme d’apologie du viol. Pas loin de la fin du spectacle, lorsque le personnage interprété par Florent vient expliquer qu’il n’ a pas fait l’amour depuis plus de six mois et qu’il n’en peut plus, et qu’il est au bord du viol cette dame a un peu pété les plombs et nous a dit en substance : « Ca suffit, c’est la deuxième fois que vous parlez de viol, taisez vous ». La première fois un spectateur avait en effet évoqué la question et nous lui avions expliqué que nous parlions là d’amour libre et fraternel. Cela nous a fait l’effet d’une petite douche froide. C’était la première fois qu’on nous enjoignait de nous taire au cours d’une représentation. La censure n’était pas loin. Now futur //2 est un spectacle où la participation du public est fortement encouragée, même si cela reste un spectacle et non un débat. Ce genre d’intervention est possible, maintenant on le sait et pour Chalon (prochaines dates en juillet), nous serons prêts, qu’on se le dise. Nous adorons  ce spectacle et nous ne sommes pas les seuls (plein de retours enjoués). now futur 1 bis